Serait peut-être temps que je vienne donner des news, non?

25042011

Je sais très bien que ça fait un sacré moment que je suis pas venu donner de nouvelles, et je viens me rattraper un peu.

Bon, tout d’abord, ça y est, la prise de sang a été effectuée. Il ne reste plus qu’à attendre les résultats qui devraient arriver mercredi ^^.

Sinon, ben j’ai passé un superbe weekend. Réellement magnifique. Un superbe festival, des découvertes musicales énormes. A rencontré des personnes super sympa, a revu sa patate préférée (en fait, son unique patate :p). A vu les chatons et a pu choisir celui qui viendra me rejoindre dans un mois =D (l’est magnifique, un poil à l’ouest lui aussi, fin comme le futur proprio :p).

Le rendez-vous endocrino approche à grands pas aussi. le 10 mai, 17h45. J’ai hâte, très hâte. Et un peu peur qu’elle ne me prescrive pas les hormones. Mais j’avoue être prêt à commencer de manière officieuse. J’en ai tellement besoin, de ça, de ce traitement, que je n’hésiterais pas à me procurer le nécessaire sans ordonnance. il faut juste savoir mettre les gens dans sa poche. et je compte bien y arriver.




putain de bordel de merde

30032011

Bonsoir lecteur.

Ce soir (ou plutôt cette nuit, vu l’heure tardive), ce sera un billet d’humeur.

Mais faut que je t’explique pourquoi.

Samedi dernier, je me suis fait mal à la jambe. En marchant … pour aller à la salle de bain …

Forte douleur dans le mollet, et quand t’es pas habitué à avoir mal,  ça fait étrange.  Surtout quand tu sais que la codéine te défonce grave, mais ne fait pas totalement passer ça. Du coup, appel au médecin et tout le bordel …

Lundi, ça ne va pas mieux, la douleur est toujours présente. Alors tu vas consulter au point H le plus proche parce que t’as pas trop le choix. On te prescrit des médicaments, et  un doppler veineux pour éliminer la phlébite. Bon, j’ai eu de la chance, ce n’est pas ça. C’est musculaire. Un oedeme dans un des muscles du mollet, suite à rupture de quelques fibres. Crois-moi, ça fait mal. Plus mal qu’une putain de crampe … qui pour moi ressemble à des chatouillis. Et t’es un peu dans la merde et dans l’expectative quand le radiologue te dit que t’en a pour quelques semaines à t’en remettre. Ça fait flipper sa mère un peu beaucoup.
Bon, autant le dire de suite, on t’a prescrit du tramadol, c’est un peu plus fort que la codéine. Bon, ça fait étrange d’avoir une prescription d’une molécule plus forte que la codéine (qui en temps normal te soulage bien quand même), alors que tu as demandé moins fort pour éviter d’être shooté. Mais au moins, cette molécule possède un avantage non-négligeable sur toi, c’est que c’est une molécule qui ne te shoote pas. T’es plus zen, et la douleur disparait assez rapidement.

 

Mais (parce qu’il y a toujours un mais, soyons clair …) quand tu t’es couché tôt, après avoir pris la dose minimale d’anti-douleur (parce que je te rappelle que c’est quand même une molécule analgésique de classe II et que t’as pas envie d’être dépendant non plus), et quand tu es réveillé en pleine nuit parce que tu as mal, tu te dis que ce que t’as, c’est juste vraiment un truc bien chiant, mais pas grave. T’as un peu de mal à accepter, mais bon, t’as pas tellement le choix non plus.  Et puis, c’est une manière comme une autre de « découvrir » comment ton corps réagit à la douleur (autre que migraine, sciatique, dont tu es un « habitué ») et ça te permet de constater que t’es juste … un humain, oui …

 

Bref, tout ça pour dire que t’es réveillé en pleine nuit par la douleur et que le médicament a cessé de faire son effet (qui dure entre 5 et 7h, quand même), ça te fait juste bien chier, parce que tu sais très bien que le reste de ta « nuit » est foutu, que malgré une nouvelle prise, tu ne te rendormira pas, parce qu’une fois que t’es réveillé, t’es réveillé pour de bon, et te rendormir serait … un exploit … surtout quand tu as des tendances naturelles à être insomniaque.

Bref, pour faire simple, c’est une nuit … de merde … surtout quand t’es pas habitué à avoir mal à en pleurer et que tu sais pas quoi faire en attendant que la molécule fasse son effet.

putain de bordel de merde 1856218f




Lettre à ma … euh, comment dire … « famille », révélations

13032011

Tout d’abord, bonjour.

Par cette lettre, je viens régler certains détails. Qui m’ont fortement fâchés, qui m’ont laissé un goût amer de ce que doit (enfin, devrait serait plus exact) être une famille.

J’avoue avoir été déçu. Plus que déçus. Par vous tous. Depuis le décès de maman, je n’ai pas eu beaucoup de vos nouvelles. Je me demande si un instant, un seul instant, vous vous êtes demandés si j’allais bien. J’ai d’abord essayé de garder le contact avec ceux qui étaient le plus proche d’elles. Mais, parce qu’il y a un mais, il se trouve que c’était toujours moi qui faisait les démarches. Les appels se sont distancés au fil des mois, pour finir par devenir inexistants.  Et puis, je me demande si vous vous rendiez compte que c’est à ce moment que j’aurais eu le plus besoin de vous tous. Sauf que mes factures, c’est moi qui les payait. Vous auriez pu prendre ça en considération, et peut-être ne pas simplement vous dire que j’avais besoin de calme, d’être seul. Parce que ça c’est archi-faux. Je sais très bien que pour certains, la condamnation de mon frère pour viol, ça vous a rebuté. Et vous nous avez mis dans le même sac, certainement. Chose que je ne comprends absolument pas. Pourquoi vous avez fait ça? J’ai arrêté de chercher à comprendre. C’est ainsi. Il n’en sera pas autrement.

 

Autre détail qui m’a fait chier (et plutôt dans le genre radicalement chier) : lors du décès de Pépé, en 2007. Vous avez été suffisamment « gentils et aimables » pour me prévenir. Oui, ok. C’est déjà ça de pris. Là où j’ai carrément moins apprécié votre attitude, c’est quand vous m’avez dit de me démerder pour venir à l’enterrement, que vous n’auriez pas le temps de venir me chercher. Ouais, là, je l’ai carrément mal pris en fait. Mais comme toujours, j’ai fermé ma grande gueule pour ne pas heurter vos sensibilités. Surtout que le lendemain, vous avez « étrangement » trouvé le temps devenir chercher le livret de famille pour faire certains papiers. J’avoue, je l’ai toujours en travers de la gorge. Et soyez certains que je ne vous le pardonnerai jamais. Parce que c’était à vous de venir me chercher pour y aller. Pas à moi de solliciter des amis qui avaient cours. Oh, je sais, vous devez certainement penser que aller sur la tombe de Pépé, je n’y jamais allé depuis. Ben, sachez pour que ça, c’est raté. J’y suis allé. Ben ouais, vous l’avez dans le cul.

Déjà que pendant le peu de temps qu’ont continué les relations familiales après le décès de Maman, vous n’aviez cesse de me reprocher de ne pas aller souvent au cimetière. Mais, bordel de merde, on ne vit pas pour les morts. On vit pour nous. Ce n’est pas parce que l’on ne va pas au cimetière que l’on ne pense pas aux disparus. Faut arrêter quoi.

 

D’ailleurs, tant qu’à faire une « belle » lettre, j’aurais une autre chose à vous dire. Quelque chose qui me concerne et dont je me doute que vous n’avez probablement rien à foutre,  ou pour laquelle vous allez me prendre pour un taré.

Vous m’avez tous connu en tant que L****, en tant que « femme », mais jamais bien dans ma peau. Sachez donc que j’ai décidé d’y remédier. Oui, tout au fond de moi, j’ai toujours été un homme. Un mec. Vous m’avez souvent reproché d’être un « garçon manqué ». Ben pour une fois, vous n’aviez pas tout à fait tort. Par conséquent, j’ai entamé des démarches pour rectifier cet état de fait, et ayant pour but d’acquérir l’état-civil qui correspond à mon ressenti. Et pour ça, vous ne pourrez rien faire. Vous pourrez toujours penser ce que vous voudrez, vos opinions, vous pouvez vous les carrer dans l’oignon. Sachez aussi que je ne suis pas fou. Mon psy l’a confirmé, et est totalement OK pour que j’aille plus loin dans ces démarches. Qui sont entamées et dont j’attends la suite avec impatience.

Et tant qu’à faire, même si je sais que vous n’en avez rien à foutre, que le prénom que j’ai choisi, c’est Hadrien. Si par hasard vous souhaitez reprendre contact (bien que j’en doute plus que fortement, venant de vous), c’est comme ça que mes amis m’appellent. Et que c’est comme ça que je veux qu’on m’appelle. L’autre prénom, je ne l’ai jamais supporté, ce n’était pas moi.

 

Voila, j’ai enfin dit ce que j’avais à vous dire. Je vous laisse méditer sur tout ça. Bande de truffes.




Protégé : Muahahahahaha … en mode boulet puissance dix milles

4032011

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :




Pour Stéphanie, qui ne peut voir mes photos sur fion de chèvre

24022011

Cet article est pour toi.

Je ne mets pas toutes mes photos, juste celles qui me plaisent le plus ;)

Pour Stéphanie, qui ne peut voir mes photos sur fion de chèvre dans Travaux divers (et d'été) 162732_499617439678_666559678_5818164_7180313_n

164884_499617129678_666559678_5818161_6862148_n dans Travaux divers (et d'été)

163495_499614209678_666559678_5818114_405243_n

Enjoy :)




Ma première calligraphie japonaise

22022011

Ma première calligraphie japonaise dans Travaux divers (et d'été) 184010_10150104492769679_666559678_6065741_1705350_n

 

Avec l’image qui a servi de modèle :

185786_10150104492724679_666559678_6065740_5761584_n dans Travaux divers (et d'été)

 

 

Réalisé au pinceau rond n°2 et à l’encre de chine (ce qui est quelque peu contradictoire vu qu’il s’agit d’une calligraphie japonaise ^^)




Pour donner un peu de news

17022011

Et surtout montrer que je ne suis pas mort

Ben pour moi, tout va relativement bien. Malgré l’appel à Raoul (jetemerdesitucomprendspas, lecteur) aujourd’hui. (Si tu comprends, tant mieux).

Bon, je dois dire que j’ai décidé de rire de tout, mais absolument tout, de vivre malgré le peu de moyens, bref, de me faire plaisir. Et aujourd’hui, je me suis fait plaisir avec quelques trucs. Un peu de matos pour dessiner, en fait.Pour donner un peu de news dans mes conneries dscf0009

Bon, je sais, la photo est tout pourrite (si tu savais comme je m’en lustre l’asperge, lecteur), mais c’est juste pour présenter ce que j’ai acheté (en grand magasin, malheureusement, vu que ma deuxième boutique de loisirs créatifs a fermé, shiiiiiit).

Donc, nous avons :
- un bidon d’encre de chine
- un pinceau rond en poil d’âne n°2
- un pinceau brosse en soie de porc n°6
- un porte-plume avec plus sergent-major (ouais, en fait j’ai retrouvé mon ancien porte-plumes, avec les plumes toutes rouillées et par conséquent inutilisables, fuccccckkkkk)

Et sincèrement, j’ai pas payé trop cher (10€05). Donc je vais pas me plaindre.

Sinon, côté transition, rien de bien neuf, si ce n’est un underworks, taille M. (J’ai perdu deux tailles d’under, ouais, parce que avant j’avais un XL qui compressait bien)(en mode fier de soi).

 

Je n’ai pas grand-chose d’autre à raconter, c’est déjà bien suffisant, je pense (et puis de toute façon, tu fermes taggle, lecteur, parce que c’est MON blog et que j’y fais ce que je veux, na)

Bonne fin de soirée et sûrement à dans un mois XD




Cette année, ça fera 10 ans

9012011

10 ans que tu nous fous la paix.

10 ans que tu nous a libéré, en crevant, dans ton lit, comme un rat qui crève dans les égouts.

Encore qu’un rat, par rapport à toi, c’est gentil, au moins.

T’imagine même pas à quel point je t’ai détesté, que je te déteste encore. J’irais même jusqu’à dire que ça y est, j’ai franchi un cap. Je te hais. Tu nous as ruiné, ma mère et moi, telle cette vieille maison.
Cette année, ça fera 10 ans dans parce qu'il n'y pas eu que de la lumière ... sam04562

Des années de saoulerie pluri-hebdomadaire. Des années de mensonges, à dire que t’arrêtais de boire. Mais t’as jamais arrêté, j’aurais même tendance à dire que t’as jamais voulu essayé d’arrêter. T’as jamais pensé à ton gosse, à ta femme. Tu t’es jamais demandé comment nous le vivions. Et Dieu seul sait combien cela était éprouvant.

Ouais,je veux bien que le fait que t’aies eu un accident du travail qui t’as foutu en invalidité t’ai miné. Mais pas à ce point. T’as pas, selon moi, essayé de surmonter ça, de te dire que, ben c’est la vie, qu’on maitrise pas toujours qu’elle fait de nous ses marionnettes, ses pantins. Non, t’as préféré sombrer du côté obscur de la force, en te laissant aller totalement. Crois-moi, je le regrette, que t’aies pas essayé de surmonter ça.

Ça nous aurait certainement épargné ces années noires. Les plus noires de notre vie. De MA vie.

Des années de violence. Je me rappelle encore quand la ceinture volait, avec sa boucle, sur nos corps frêles, sans défense. Avoue, t’avais l’air de kiffer grave, hein. Salaud. De même que quand le martinet, ou un bâton, ou tout autre chose qui te semblait suffisamment solide pour me punir de mes conneries (je me demande encore et toujours ce que j’ai bien pu faire comme connerie, à part vivre une vie d’enfant, hein).

Des années de réprimande, de maltraitance, physique aussi bien que psychologique. A ne jamais rien me laisser faire, toujours m’interdire de faire des choses, de sortir, etc … C’est comme ça, cherche pas connard, que je le ressens. J’étais pas une petite chose fragile, comme t’as pu le penser, et comme mes soucis de santé étant gosse ont certainement tendu à te le faire penser aussi.

Tu sais, sale enflure, ça va faire 10 ans que t’as crevé.

10 ans, que j’ai bien l’intention de fêter plus que dignement.

10 ans de liberté.
Texte d’un fils que t’aurais jamais reconnu comme tel, envers son géniteur détesté, et qui a enfin eu les couilles de le dire.

 




Alors, on prend les mêmes

29122010

Et on recommence

 

Ben, oui, je reprends ce blog depuis le début, depuis le tout début. Parce que Skymerde me gonfle au plus haut point, parce qu’on peut pas cacher les articles dont on ne veut pas qu’ils soient forcément lu par tout le monde.

Et puis merde, on doit pouvoir faire ce qu’on veut d’un blog, et ya que sur cette plate-forme que j’avais réussi à trouver le bonheur (oui, comme dans la pub « va chercher bonheur chez ton marchand de journaux).

Bon, je sais déjà que je suis grave. Très grave. Parfois au point de me faire peur. Mais bon, je suis comme ça, et si ça te plait pas ben tu fermes ta grande gueule, comme disait Alpha Blondy.

 

Bon. Reprenons TOUT. Depuis le début. (Et que même que si t’as pas envie de te retaper une énième présentation, tu connais le chemin vers la sortie, connard (ou connasse)).

 

DONC :
Ma petite personne (oui, très égocentrique, et j’en ai rien à branler de ce que vont penser les gens.)

 

Hadrien, un petit mec de 26 ans (Arghhhhhhh, les 27 approchent, jme sens mal de vieillir). Qui habite juste un peu au bout du bout du monde, en Bretagne (bon, pour les crétins qui n’auraient pas compris le jeu de mots, c’est ce que veut dire le nom de mon département). Pas envie de causer de ce que je fais dans la vie, ça n’a rien d’intéressant. Et pas envie d’avoir à me justifier sur certains choix.

 

DONC, jusque(ue)-là, tu as les infos suivantes, Lecteur : Hadrien, homme, 26 ans, avec un humour de merde (Faut pas me faire chier, hein)(ou que cététoupouricejeudemot)

Avec une petite particularité, ce petit bout d’homme. Ces putains de chromosomes qu’ont foiré quelque chose, j’ai « hérité » de deux chromosomes XX à ma conception. Et je vais devoir me battre pour avoir l’apparence que j’aurais toujours du avoir. Pour jouer un tour à ces vilains mauvais chromosomes qui me font suer. Parce qu’ils sont cons, ces chromosomes

DONC (je sais que ça fat beaucoup de donc, mais ferme taggle, je fais ce que je veux, c’est MON blog, après-tout) :

Oui, je suis FTM. ET si ça te pose un quelconque souci, ben, tu t’casses. Parcours entamé en octobre, après mure réflexion, parce que je me suis dit : mais merde t’as déjà gâché 26 piges dans ta vie, à ne jamais pouvoir être toi-même. L’est plus que temps que tu te prennes en charge et que tu te foutes un coup de pied au derche.

 

Le coming-out (ou plutôt, les coming-out)(ou sortie du placard, aveu, etc … pour les brêles en English) a été fait bien avant. Pour beaucoup de monde. Ils se sont tous très bien passé. Une bonne acceptation, une compréhension presque toujours aussi bonne, même si des questions parfois, subsistent. Et j’y réponds avec plaisir, à ces questions. Parce que elles font partie de moi, de mon parcours, de ma réflexion, de ma vie, quoi.

 

DONC (Et si tu t’amuses à compter le nombre de DONC de cet article, tu iras pourrir en enfer, crois-moi, et je t’y aiderai à y aller) pour le moment, j’en suis qu’au tout-début, mais avec un rendez-vous, le 10 mai, avec une endocrino. J’avoue, j’ai hâte d’y être, parce qu’être en train de moisir dans ce corps tout pourri qui n’est pas le mien, j’avoue, ya de quoi déprimer sévère.

 

DONC (promis, c’est le dernier, ou pas, c’est selon) : Coté parcours et transition, il n’y a plus qu’à attendre.

 

Passons maintenant au côté un peu plus vie privée (ou publique, selon le point de vue). J’aime la photographie. Enfin, non, je n’aime pas. J’adore. Je suis un petit photographe amateur qui pense avant tout à SE  faire plaisir, avant de faire plaisir aux autres.

Coté matériel, je ne dispose que d’un RIDICULE  SamsungES20 MAIS que j’apprends à apprivoiser tout doucement depuis juillet. Si tu veux voir mes clichés et compositions, Lecteur, faut aller voir ici :

 

http://www.facebook.com/pages/Drahyen/114461731952228
Comme  tu as aussi pu le remarquer, je dessine. C’est de la merde, de la daube (et tout autre qualificatif que tu souhaites entrant dans cette catégorie). Mais JE me fais plaisir avant tout.

 

BON,  j’ai aussi quelques précisions à faire.

Si tu touches à certaines personnes, tu vas réellement t’en mordre les doigts. Il n’y a véritablement que 4 personnes (et leurs compagnes(ons)) qui comptent pour moi. Ceux-là, si t’y touches (oui, déjà, tu vas bouffer tes doigts), tu vas mal finir. Aux urgences, voire pire encore. MAINTENANT T’ES PREVENU,  T’AS INTERET A FAIRE GAFFE A TA PERSONNE.

Evites donc aussi de m’énerver, parce que je ne connais pas mes limites dans ce cas de figure. Et sachant que je pourrais être considéré comme une arme sur pattes, ouais … en fait, je donnerais pas plus de détails, tu n’en as pas besoin, Lecteur, si ce n’est pour assouvir ta curiosité mal placée.

 

Sur ce, je compléterais PEUT-ETRE cette présentation plus tard. Si je ne t’ai pas fait fuir, c’est que tu as du courage, et que tu mérites que je m’intéresses un peu à toi. Alors va en paix, petit scarabée de Lecteur.

 

Hadrien, celui qui ne se TRANSformera JAMAIS en Bisounours (ou que si quelqu’un te le dit, tu le prend comme une insulte)

 

PS  : Tiens, si tu veux voir ma tronche :

 

 

Alors, on prend les mêmes  69084_454765899678_666559678_5162995_6443708_n

 

PPS : Allez, tiens, je suis de bonne humeur aujourd’hui, je te laisse aussi l’adresse de mon compte facebook. mais si tu veux me demander en ami, précise d’où tu viens, hein (en gros, précise que tu viens de mon blog, banane) :

 

http://www.facebook.com/HKBBQ







Dans ma tête, et encore plus |
violys |
Tal vez un día |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A wonderful mess!
| passionballon
| Sherley dans tous ces états