• Accueil
  • > parce qu'il n'y pas eu que de la lumière ...

Cette année, ça fera 10 ans

9012011

10 ans que tu nous fous la paix.

10 ans que tu nous a libéré, en crevant, dans ton lit, comme un rat qui crève dans les égouts.

Encore qu’un rat, par rapport à toi, c’est gentil, au moins.

T’imagine même pas à quel point je t’ai détesté, que je te déteste encore. J’irais même jusqu’à dire que ça y est, j’ai franchi un cap. Je te hais. Tu nous as ruiné, ma mère et moi, telle cette vieille maison.
Cette année, ça fera 10 ans dans parce qu'il n'y pas eu que de la lumière ... sam04562

Des années de saoulerie pluri-hebdomadaire. Des années de mensonges, à dire que t’arrêtais de boire. Mais t’as jamais arrêté, j’aurais même tendance à dire que t’as jamais voulu essayé d’arrêter. T’as jamais pensé à ton gosse, à ta femme. Tu t’es jamais demandé comment nous le vivions. Et Dieu seul sait combien cela était éprouvant.

Ouais,je veux bien que le fait que t’aies eu un accident du travail qui t’as foutu en invalidité t’ai miné. Mais pas à ce point. T’as pas, selon moi, essayé de surmonter ça, de te dire que, ben c’est la vie, qu’on maitrise pas toujours qu’elle fait de nous ses marionnettes, ses pantins. Non, t’as préféré sombrer du côté obscur de la force, en te laissant aller totalement. Crois-moi, je le regrette, que t’aies pas essayé de surmonter ça.

Ça nous aurait certainement épargné ces années noires. Les plus noires de notre vie. De MA vie.

Des années de violence. Je me rappelle encore quand la ceinture volait, avec sa boucle, sur nos corps frêles, sans défense. Avoue, t’avais l’air de kiffer grave, hein. Salaud. De même que quand le martinet, ou un bâton, ou tout autre chose qui te semblait suffisamment solide pour me punir de mes conneries (je me demande encore et toujours ce que j’ai bien pu faire comme connerie, à part vivre une vie d’enfant, hein).

Des années de réprimande, de maltraitance, physique aussi bien que psychologique. A ne jamais rien me laisser faire, toujours m’interdire de faire des choses, de sortir, etc … C’est comme ça, cherche pas connard, que je le ressens. J’étais pas une petite chose fragile, comme t’as pu le penser, et comme mes soucis de santé étant gosse ont certainement tendu à te le faire penser aussi.

Tu sais, sale enflure, ça va faire 10 ans que t’as crevé.

10 ans, que j’ai bien l’intention de fêter plus que dignement.

10 ans de liberté.
Texte d’un fils que t’aurais jamais reconnu comme tel, envers son géniteur détesté, et qui a enfin eu les couilles de le dire.

 







Dans ma tête, et encore plus |
violys |
Tal vez un día |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A wonderful mess!
| passionballon
| Sherley dans tous ces états